Halte au sketch ! Blog...

| Contact

Suivre la vie du site Suivre la vie du site

  • Netwazoo | Halte au Sketch !
  • Netwazoo | Halte au Sketch !
  • Netwazoo | Halte au Sketch !
  • Netwazoo | Halte au Sketch !
  • Netwazoo | Halte au Sketch !
  • Netwazoo | Halte au Sketch !
  • Netwazoo | Halte au Sketch !
  • Netwazoo | Halte au Sketch !
  • Netwazoo | Halte au Sketch !
  • Netwazoo | Halte au Sketch !
  • Netwazoo | Halte au Sketch !
  • Netwazoo | Halte au Sketch !

Ecrivez-nous

Effet d’annonce, communication, médias et Nicolas Sarkozy...

8 juin 2006, par jeanmarie

..sont des mots qui vont très bien ensemble, très bien ensemble.

Vous avez surement entendu comme moi, mardi dernier (6 juin 06), dans les médias l’annonce faite par le petit Nicolas : "Les élèves sans papiers ne seront pas expulsés" (Le Figaro / 6 juin 2006) ou comment la politique se sert des médias pour faire de la communication...
Explication de texte :

Reprise d’un article d’Agoravox du mercredi 7 juin 2006 (http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=10318)

Sarkozy, humain pour 2 % des enfants sans-papiers

Le ministre de l’intérieur, dans sa grande mansuétude, a décidé de régulariser environ 800 familles de sans-papiers aux enfants scolarisés. Un geste en trompe-l’oeil, qui n’empêchera pas cet été "la chasse à l’enfant étranger".

Nous vous parlions récemment du danger qui plane sur les enfants scolarisés de parents sans-papiers d’être massivement expulsés dès le 30 juin, puisque Nicolas Sarkozy a demandé aux préfets d’attendre la fin de l’année scolaire, pour plus de discrétion. Essentiellement grâce à l’action du Réseau éducation sans frontière (RESF), qui a lancé un appel à cacher les enfants expulsables (40 277 signatures à l’heure où nous écrivons ces lignes), la discrétion voulue n’a pas suffi et la mobilisation a enflé.

Voilà donc que le ministre de l’intérieur semble faire machine arrière, déclarant avec un cynisme écoeurant : Lorsqu’un enfant étranger est né en France ou qu’il y est arrivé en très bas âge, qu’il est scolarisé en France, qu’il ne parle pas la langue de son pays d’origine, qu’il n’a aucun lien avec ce pays, il serait très cruel de l’y reconduire de force. Les attaches de cet enfant sont en France et son départ serait vécu comme une véritable expatriation, un déracinement. A lire avec des trémolos dans la voix. Or Thierry Mariani, rapporteur du projet de loi sur l’immigration choisie à l’Assemblée nationale, précise le champ d’application de la mesure humanitaire extraordinairement généreuse du candidat UMP à la présidentielle : Les familles qui pourront bénéficier de ce droit exceptionnel au séjour seront celles dont les enfants sont présents en France depuis deux ans ou ayant un enfant né en France ou arrivé en France en très bas âge, scolarisé depuis au moins une année scolaire dans l’enseignement obligatoire, ne parlant que le français et n’ayant plus de lien avec son pays d’origine. Si l’enfant parle français et swahili, ou arabe, ou chinois (ou ce que vous voulez) : expulsé ! Non aux bilingues, ferments de désordre. Si l’enfant a au pays une grand-mère, un oncle, des cousins (ou tout ce que vous voulez qu’on puisse appeler un lien) : expulsé !

En réalité, la régularisation, au cas par cas, ne devrait concerner qu’environ 1200 personnes, suivant le chiffre cité par Le Figaro, qui dévoilait en avant-première hier matin l’annonce sarkozienne. Si le ministère estime le nombre de clandestins à 300 000 à 400 000 personnes, cela représente au bas mot 50 000 enfants. M.Sarkozy ne résout donc que 1 à 2% des cas en se basant sur des critères farfelus, s’indigne Richard Moyon, porte-parole du RESF. Ce qui n’empêche pas Le Figaro de titrer : Les élèves sans papiers ne seront pas expulsés. A part 98 à 99 % d’entre eux ! Appelle-t-on ça de l’information ? En réalité, même s’il ne lui plaît pas qu’on le rappelle publiquement, Monsieur Sarkozy se propose toujours d’organiser cet été la chasse à l’enfant étranger, accuse RESF. La manoeuvre du ministre de l’intérieur est claire : adopter la noble posture de la générosité humanitaire, jetant ainsi de la poudre aux yeux, pour tenter de cacher la réalité de sa politique, tout entière contenue dans le discours qu’il tenait aux préfets le 9 septembre 2005 : Lors de notre dernière rencontre, je vous ai fixé des objectifs chiffrés, en vous demandant de procéder, au minimum, à 23 000 éloignements d’étrangers en situation irrégulière cette année. Je constate qu’à la fin du mois d’août, 12 849 étrangers avaient fait l’objet d’une mesure effective d’éloignement : sur huit mois, 56 % des objectifs ont été atteints. Il vous reste donc cinq mois pour accentuer l’effort. J’observe d’ailleurs que, d’une préfecture à l’autre, les résultats sont inégaux. Or, j’attends de tous une entière mobilisation. Plus encore qu’une obligation de moyens, c’est une obligation de résultats qui vous est fixée. C’est justement aux préfets qu’il appartiendra de juger, au cas par cas, qui mérite régularisation. Sans commentaire.

Mots clefs liés à cette article : société, Le Petit, usages, médias

Commentaires

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 

SPIP